fbpx

Le Juge Luigi Tosti doit etre relaxé !

  • post Type / Campaigns
  • Date / 6 February 2006

1er FEVRIER 2006 : Déjà condamné à 7 mois de prison et 1 an d’interdiction de fréquentation des salles publiques au seul motif qu’il refuse l’affichage de symboles religieux dans les tribunaux italiens, le Juge Luigi Tosti, du tribunal de Camerino (Italie) vient d’àªtre suspendu de ses fonctions et traitement par la section disciplinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature, instance saisie par l’avocat général de la Cour de Cassation, autrement dit le gouvernement italien de Silvio Berlusconi.

Le Juge Luigi Tosti doit àªtre relaxé !

C’est ce qu’exigent déjà , dans une pétition internationale, 2500 citoyens de 34 pays différents de tous les continents, dont 500 citoyens italiens, qui se mobilisent depuis deux mois, avec le Juge Luigi Tosti, pour exiger l’arràªt des procédures judiciaires et disciplinaires et la réintégration immédiate du juge dans ses fonctions.

Le 15 août 2005 le pape Benoà®t XVI affirmait dans son homélie : «Il est important que Dieu soit visible dans les maisons publiques et privées, que Dieu soit présent dans la vie publique, avec la présence de croix dans les établissements publics. »

Le 19 novembre 2005, Benoà®t XVI et Silvio Berlusconi, au terme d’ « un échange d’opinion sur les rapports Eglise Etat en Italie », réaffirment « la volonté de collaboration des deux parties dans le cadre du Traité du Latran ».

Le 18 novembre 2005, le juge Luigi Tosti, à¢gé de 57 ans, est condamné par le tribunal de l’Aquila, localité située à une centaine de kilomètres de Rome à 7 mois de prison et 1 an de suspension. Son crime ? Le juge refuse de rendre justice en présence de signes religieux dans la salle d’audience du tribunal.

Le juge s’appuie pour sa demande sur la constitution républicaine du 27 décembre 1947, qui établit que tous les citoyens « sont égaux devant la loi, sans distinction de sexe, de race, de langue, de religion » (Art. 3), mais une circulaire du ministre fasciste Rocco, datant de 1926, jamais abrogée depuis par aucun des gouvernements successifs, fixe que des crucifix doivent àªtre visibles dans les tribunaux italiens.

L’Italie continue en effet de vivre sous le régime du traité de Latran et du concordat signé le 11 février 1929 entre le Vatican et l’Italie représentée par Benito Mussolini, chef du gouvernement de l’époque. En 1984, le Président du Conseil, le socialiste Bettino Craxi, renouvelle le concordat avec le Vatican : certes le culte catholique n’est plus religion d’État mais les lois fascistes ne sont pas abrogées pour autant. Il s’agit ainsi, suivant les termes du Cardinal Tauran, d’une séparation des Eglises et de l’Etat « coordonnée », opposée à « la séparation pure et simple » dans laquelle « les confessions religieuses relèvent du droit privé (USA, France) ».

Sans contestation possible, il s’agit d’une atteinte intolérable à la liberté de conscience et au principe de laïcité. C’est pourquoi les associations signataires de cette déclaration en appellent à l’opinion publique internationale pour qu’elle exige avec force :
– la relaxe du Juge Tosti et l’arràªt des procédures judiciaires à son encontre
– l’arràªt immédiat des procédures disciplinaires
– la réintégration immédiate du Juge Tosti dans ses fonctions et traitement

La lutte des démocrates, des humanistes, des laïques, des rationalistes et des libres penseurs est la màªme sur tous les continents : pour la liberté absolue de conscience garantie par la séparation des religions et des Etats !

Les associations à l’origine de cette déclaration demandent à l’ensemble des associations locales, nationales, internationales, qui, à travers le monde, se réclament de la laïcité de les rejoindre en signant avec elles cette déclaration, de soutenir et faire signer la pétition internationale qui a déjà recueilli plus de 2500 signatures et de s’adresser chacune, au nom de leur association propre, au chef du gouvernement italien :

Dott. Silvio Berlusconi
Presidenza del Consiglio dei ministri
Palazzo Chigi
Piazza Colonna 370
00186 Roma – Italia
tel. +390667791 e-mail. BERLUSCONI_S@camera.it

pour exiger la fin de cette atteinte à la liberté de conscience en Italie.

Laïques de tous les pays, unissez-vous !

Liste des organisations signataires

– Fédération Nationale de la Libre Pensée (France)
– Union des Athées (France)
– Union Rationaliste de Nantes (France)
– Fondation Humaniste du Québec (Québec, Canada)
– Liberté de Conscience (Luxembourg)
– Associazione di Volontariato Laica Ippocrate – La Cultura della Salute (Italia)
– Faire Le Jour (France)
– EGALE – Egalité, Laïcité, Europe (France)
– Association FABULA (Suisse)
– Repàºblica e Laicidade (Portugal)
– Mouvement Laïque Québécois (Québec, Canada)
– Antyklerykalna Partia PostÄ™pu RACJA (Polska)
– Mouvement Europe et Laïcité (France)
– Asosiacià³n de Especialistas Universitarias en Estudios de la Mujer (Argentina)
– Association Suisse pour la Laïcité (Suisse)
– International Humanist and Ethical Union IHEU (International)

_________________________________________________________________________________________
Nous demandons à toutes les associations qui entendent s’associer à cette déclaration de le signaler par un message à l’attention de l’Union Rationaliste de Nantes qui centralisera les informations relatives à cette initiative et qui assurera la coordination avec la pétition internationale dite « appel des 555 » et avec le juge Luigi Tosti.

par courriel : naud_michel@yahoo.fr (Michel Naud)
par courrier postal : Union Rationaliste de Nantes
13, place du Petit Bois
F- 44100 Nantes (France)

site internet de la campagne internationale : http://brightsfrance.free.fr/tosti.htm
collecte des signatures individuelles de la pétition internationale : brightsfrance@free.fr
liste des signataires individuels de la pétition internationale : http://brightsfrance.free.fr/tostiliste.htm
liste des organisations signataires : http://brightsfrance.free.fr/tosticall.htm
dernières nouvelles (en franà§ais et italien) : http://brightsfrance.free.fr/tosticassation.htm


Related Content

Share
WordPress theme developer - whois: Andy White London