fbpx

Petition for defence of individual rights at the UN Human Rights Council

  • Date / 3 March 2008

The International League Against Racism and Antisemitism has launched a petition calling on democracies to defend the freedom of the individual at the UN, in the face of attacks on the universality of human rights. To sign the petition, send an email to licra@licra.org.


The following text is an abbreviated translation of the original French text, which appears in full below and can also be found at http://licra.org.

Will the year 2008 will see both the sixtieth anniversary of the Universal Declaration of Human Rights and the destruction of its principles by the United Nations? […]

Alarmed at the dysfunctional Human Rights Commission, the United Nations formed a brand new of Human Rights Council in June 2006, which was supposed to remedy the Commission’s problems. Today, the situation is worse: […] the formal development of new standards will mark, if they are etched in the stone of a new and very special Declaration of Human Rights, the putting to death of universal human rights.

[…] The HRC has become an ideological war machine against its founding principles. Ignored by the mainstream media, day after day, session after session, resolution after resolution, a political rhetoric is forged to legitimize tomorrow’s violence.
A "triple alliance" of the Organization of the Islamic Conference (OIC) represented so far by Pakistan, the Non-Aligned Movement where Cuba, Venezuela and Iran have a central role, and China — with the cynical complacency of Russia – are working together to establish of a genuine revolution in the guise of "multiculturalism". Thus, the UN Special Rapporteur on contemporary forms of racism, Doudou Diène has said that criticism of the Burqa is a racist aggression, that secularism is rooted in a culture of slavery and colonialism and that the French law against the wearing of religious symbols in schools is part of anti-Muslim racism, renamed "Western Islamophobia ".

The confusion of minds is at its peak when any criticism of religion is denounced as a racist attitude. This is a radical threat against freedom of thought which is being condoned by the United Nations. By equating with racism any criticism of the excesses of those who speak in the name of Islam, because supposedly such criticism belongs to neo-colonialist attitudes, the spokespersons of this new alliance tighten a little the noose they have put on the neck of their own peoples and undermine the foundations of a civility hard-won in Europe since the wars of religion.

In September 2007, the United Nations High Commissioner for Human Rights, Louise Arbour, participated in a conference in Tehran on "human rights and cultural diversity". Wearing the veil, as the law of the Islamic Republic requires, the High Commissioner was a silent witness to the statement of future principles summarized as follows: "offence against religious values considered to be racist." Much worse, the day after her visit 21 Iranians, including several minors, were hanged in public. It was in her presence that President Ahmadinejad reiterated his call for the destruction of Israel, a member of the United Nations established by it. Asked about her silence, the High Commissioner justified her inaction as respect for Iranian law by which, as a lawyer, she felt bound and in order "not to offend her hosts." […] It was Dr. Gœbbels who used this argument of opportunity, at the League of Nations in 1933, to evade any criticism from a powerless international institution but whose principles at least were not led astray as those of the United Nations are today.

Great political crimes have always needed words to legitimize them. […] From Mein Kampf to Radio Mille Collines, Stalin to Pol Pot, examples abound to confirm the necessity of exterminating the enemies of the people in the name of race, in the name of emancipation of the toiling masses, or in the name of a supposed divine will. Totalitarian ideologies had replaced religions. Their crimes and unfulfilled promises of a "bright future" opened the door wide to the return of God in politics. On Sept. 11, 2001, a few days after the Durban conference, the biggest terrorist crime in history was committed in the name of God.

Confronted by this strategy, democracies, primarily concerned about their balance of trade, tend towards extraordinary passivity. How much weight does the plight of the Tibetan people have against the issue of exports to China? What is the price of freedom for Ayaan Hirsi Ali, a former Dutch MP, threatened with death, after the assassination in 2004 of her friend, filmmaker Theo Van Gogh, accused of having blasphemed Islam in the film Submission? Examples pile up, from Taslima Nasreen to Salman Rushdie, from Robert Redeker to Mohamed Sifaoui, provide proof that fundamentalist Islamism imposes its law by terror. How many Algerians, women in the Maghreb, the Middle East, Turkey, Pakistan have already paid the price with their lives for refusal to submit to religious obscurantism?

If by misfortune, the United Nations should sanction the imposition of such criteria, if blasphemy should be equated with racism, the right to criticism of religion outlawed, religious law become the international norm, it would be a regression with disastrous consequences, and a radical perversion of our entire tradition of struggle against racism, which has developed and can only develop in the most absolute freedom of conscience. The December 2007 [UN] General Assembly has already endorsed texts condemning forms of expression deemed defamatory of Islam. The challenge is clear, and it is global: it is to defend freedom of the individual. Either democracies will take up the challenge, following the example of Canada, which has announced its refusal to participate in the Durban 2 Conference, believing it might be "marked by expressions of intolerance and anti-Semitism", and cease to abstain or vote on resolutions contrary to the universal ideal of 1948, or religious obscurantism and its attendant political crimes will prevail under the auspices of the United Nations. And when words of hatred are turned into deeds, no one can say “we did not know.”

To sign this petition, please send an email to licra@licra.org



L’année 2008 verra-t-elle simultanément le soixantième anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme par l’ONU et la destruction de ses principes par la même ONU ? Tout porte à le redouter, tant depuis un certain nombre d’années, par ses dérives, l’ONU s’est caricaturée.

A Durban, en Afrique du sud, s’est tenue en 2001 la Conférence mondiale contre le racisme, à l’initiative des Nations Unies, dans la ville même où Gandhi avait commencé à exercer son métier d’avocat. C’est au nom des droits des peuples que furent scandés des « mort à l’Amérique » et « mort à Israël » ; et c’est au nom du relativisme culturel qu’on fit silence sur les discriminations et violences commises contre les femmes.

Alarmée par les graves dysfonctionnements ainsi mis en lumière au sein de sa « Commission des droits de l’Homme », l’ONU inaugurait en juin 2006 un tout nouveau « Conseil des Droits de l’Homme » (CDH), censé remédier à de si préoccupantes dérives. Aujourd’hui, le constat est plus qu’amer : c’est à la consécration même de ces dérives que nous assistons dans la perspective du forum dit de Durban 2, qui se tiendra en 2009. Plus gravement encore, l’élaboration officielle de nouvelles normes marquera, si celles-ci sont gravées dans le marbre d’une nouvelle et très particulière Déclaration des droits de l’homme, la mise à mort de l’universalité des droits.

Par sa mécanique interne, les coalitions et les alliances qui s’y constituent, les discours qui s’y tiennent, les textes qui s’y négocient et la terminologie utilisée anéantissent la liberté d’expression, légitiment l’oppression des femmes et stigmatisent systématiquement les démocraties occidentales. Le CDH est devenu une machine de guerre idéologique à l’encontre de ses principes fondateurs. Ignorée des grands médias, jour après jour, session après session, résolution après résolution, une rhétorique politique est forgée pour légitimer les passages à l’acte et les violences de demain.

Une « triple alliance » composée de l’Organisation des Conférences Islamiques (OCI) représentée jusqu’à ce jour par le Pakistan, du Mouvement des Non Alignés où Cuba, le Venezuela et l’Iran ont un rôle central, et de la Chine – avec la complaisance cynique de la Russie – œuvre ainsi à la mise en place d’une véritable révolution prétendument « multiculturelle ». Ainsi, le Rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme Doudou Diène déclare d’ores et déjà qu’énoncer une critique contre le port de la Burqa constitue une agression raciste, que la laïcité est ancrée dans une culture esclavagiste et colonialiste et que la loi française contre le port des signes religieux à l’école participe du racisme antimusulman, renommé « islamophobie occidentale ».

La confusion des esprits est à son comble quand est dénoncée comme une attitude raciste toute critique de la religion. C’est une menace radicale contre la liberté de penser qui est en train d’être cautionnée par l’ONU. En assimilant au racisme toute critique des dérives de ceux qui parlent au nom de l’islam, parce que supposée relever d’attitudes néo-colonialistes, les porte-paroles de cette nouvelle alliance serrent un peu plus le garrot qu’ils ont passé au cou de leurs propres peuples et sapent les fondements d’une civilité très chèrement acquise en Europe depuis les guerres de religion.

En septembre 2007, la Haute Commissaire aux droits de l’homme, Mme Louise Arbour, participait à une conférence à Téhéran consacrée aux « droits de l’homme et la diversité culturelle ». Portant le voile, comme la loi de la République islamique l’exige, la Haute commissaire a été le témoin passif de l’énoncé des principes à venir ainsi résumés : « offense aux valeurs religieuses considérée comme raciste ». Bien pire, c’est dès le lendemain de cette visite que 21 iraniens, dont plusieurs mineurs, furent pendus en public. C’est en sa présence que le président Ahmadinejad a renouvelé son appel à la destruction d’Israël, pays membre de l’ONU créé par cette dernière. Interrogée sur son silence, la Haute Commissaire a justifié sa passivité par le respect de la loi iranienne auquel, en tant que juriste, elle s’estimait tenue et par souci de « ne pas offenser ses hôtes ». Charbonnier est maître chez soi… c’est le Docteur Gœbbels qui utilisait cet argument d’opportunité, à la tribune de la SDN (Société des Nations) en 1933, pour se soustraire à toute critique d’une institution internationale impuissante mais dont les principes n’étaient au moins pas dévoyés comme ceux de l’ONU aujourd’hui.

Les grands crimes politiques ont toujours eu besoin de mots pour se légitimer. La parole annonce le passage à l’acte. De Mein kampf à radio Mille Collines, de Staline à Pol Pot, les exemples abondent pour confirmer la nécessaire extermination de l’ennemi du peuple au nom de la race, au nom de l’émancipation des masses laborieuses, ou au nom d’un ordre supposé divin. Les idéologies totalitaires avaient remplacé les religions. Leurs crimes, les promesses non tenues «d’avenir radieux », ont ouvert grande la porte au retour de Dieu en politique. Le 11 septembre 2001, quelques jours après la fin de la conférence de Durban, c’est bien au nom de Dieu que le plus grand crime terroriste de l’histoire fut commis.

Face à cette stratégie, les démocraties, d’abord soucieuses de leur balance commerciale, font preuve d’une extraordinaire passivité. Que pèse le sort du peuple tibétain face aux enjeux des exportations vers la Chine ? Quel est le prix de la liberté pour Ayaan Hirsi Ali, ex-députée néerlandaise, menacée de mort, après l’assassinat en 2004 de son ami le réalisateur Théo Van Gogh, accusé d’avoir blasphémé l’islam dans le film Soumission ? Les exemples s’additionnent, qui de Taslima Nasreen à Salman Rushdie, de Robert Redeker à Mohamed Sifaoui, apportent la preuve que l’intégrisme islamiste impose sa loi par la terreur. Combien d’algériens, de femmes au Maghreb, au Proche-Orient, en Turquie, au Pakistan ont déjà payé du prix de leur vie le refus de se soumettre à l’obscurantisme religieux ?

Si par malheur, l’ONU devait consacrer l’imposition de tels critères, si le blasphème devait être assimilé à du racisme, si le droit à la critique de la religion devait être mis hors la loi, si la loi religieuse devait s’inscrire dans les norms internationales, ce serait une régression aux conséquences désastreuses, et une perversion radicale de toute notre tradition de lutte contre le racisme, qui n’a pu et ne peut se développer que dans la liberté de conscience la plus absolue. L’Assemblée Générale de décembre 2007 a déjà entériné des textes condamnant des formes d’expression considérées comme diffamatoires de l’islam. L’enjeu est clair ; il est mondial : c’est de la défense des libertés de l’individu dont il est question. Soit les démocraties se ressaisissent, à l’exemple du Canada qui vient d’annoncer son refus de participer à la conférence de Durban 2, estimant qu’elle risquait d’être « marquée par des expressions d’intolérance et d’antisémitisme », et cessent de s’abstenir ou de voter des résolutions contraires à l’idéal universel de 1948, soit l’obscurantisme religieux et son cortège de crimes politiques triompheront sous les bons auspices des Nations Unies. Et lorsque les paroles de haine seront transformées en actes, nul ne pourra dire « nous ne savions pas ».

Pour apporter votre signature à cette tribune, merci d’adresser un e-mail ici


Related Content

Share
WordPress theme developer - whois: Andy White London